Aspects identitaires couramment identifés

par l'épreuve Groupements

  

C'est en faisant appel au contact avec la réalité, au réalisme et à tout ce qui y est relié, parce que cela met en jeu les éléments de la vie quotidienne, que le champ de la plupart des décisions personnelles qu’il faut prendre est délimité. D’une absence de réflexivité de ces éléments résulteront des difficultés à arrêter des décisions, un manque de réalisme qui pourra se traduire, par exemple, en l’adhésion à des croyances magiques, en des attentes sans rapport avec ce que la réalité permet d’anticiper. Sur le plan de l’orientation, il en résultera une impossibilité de se fixer des objectifs clairs, durables, une forte propension à remettre en question l’orientation présente, un besoin de ne pas se tromper dans une nouvelle orientation, etc.

 

Avec le développement de l’idée de rigueur, de nécessité, de logique et de relations entre les événements, on observera une tendance de plus en plus grande à faire appel à une pensée stratégique, anticipatrice, rigoureuse et consciente du pouvoir qu’elle a d’exercer un contrôle sur le milieu. Elle détermine le sens que l’autorité prendra pour l’individu, le pouvoir que ce dernier se sentira d’en arriver à modifier à son avantage les situations difficiles qui le confrontent.

 

Le degré d’aise qu’éprouvent les individus face à des situations peu définies, vagues, reflétera les contextes dans lesquels les personnes sauront prendre des initiatives et la façon de les prendre. Les aspects de la communication interpersonnelle qui font appel aux sentiments esthétiques et à l’innovation sont aussi en jeu.

 

La confiance éprouvée à l’égard des autres et la compréhension empathique de ce qu’ils éprouvent met en jeu la préoccupation qu’une personne a à l’égard des autres et le degré d’intimité qu'elle peut tolérer. Tout déficit à ce niveau se traduira par un manque de nuance lorsqu’il s’agit de prendre soin d’autrui ou de lui faire de la place dans son intimité.

 

L’idée d’entrer en contact avec les autres dans le but de les guider ou de les influencer donnera lieu chez les individus à des conceptions de l'influence qui peut s’exercer sur autrui. Les déficits dans cet aspect donnent souvent lieu à un manque de nuances dans la relation de pouvoir qui peut prévaloir entre les personnes.

 

Les éléments reliés à la vie quotidienne dans ce qu’elle peut représenter en termes d’activités répétitives, méthodiques et organisées, lorsque ces aspects ne sont pas réflexifs, donnera lieu à la procrastination, au désordre, etc. ou ,inversement, à un souci exagéré d’ordre et de contrôle en ce qui a trait à l’organisation matérielle de la vie.