Origine

de l'épreuve Groupements

 

L’Épreuve Groupements est née de recherches portant sur le développement des intérêts vocationnels et de la maturité vocationnelle, recherches dictées par la nécessité de concevoir, en orientation, des outils de travail plus utiles que les inventaires d’intérêts traditionnels. C’est à l’aide de celles-ci que l’auteur a, depuis 1978, étudié la formation et le développement des catégories expérientielles. 

 

L'analyse de milliers de productions a permis de perfectionner l'outil diagnostic qui, de 30 activités à l'origine, est passé à 37 dans sa version la plus récente.  Plusieurs recherches en ont éprouvé tant la fidélité que la validité de contruit et l'efficience.

 

Une Épreuve parallèle a été élaborée et testée à des fins de recherche. 

 

Une Épreuve en images en est à la phase expérimentale.  Ce nouvel outil diagnostic vise à cerner des déficits relevant de la période sémiotique.  Les premières utilisations indiquent qu'elle sera un complément utile à l'Épreuve en mots en faisant ressortir des déficits indétectables autrement.

Caractéristiques de l'épreuve Groupements

 

L'épreuve Groupements est une épreuve au sens piagétien du terme.  Il ne s'agit pas d'un test psychométrique au sens classique du terme, ni d'un inventaire d'intérêts, ni d'une mesure des aptitudes.  Ce n’est pas un test à correction objective.  Ce n'est pas non plus un instrument de mesure.  C'est un instrument révélant la vision du monde d'une personne.  C’est une tâche qui résulte en une production unique à chaque personne, production qui peut varier dans le temps.  La production d'une personne fournit un portrait de l'état de sa construction identitaire.

 

Seule une personne qui connaît bien la théorie sur laquelle est basée l'Épreuve peut interpréter la production d'une personne.  Cela exige de plus d’avoir été formé pour le faire. 

 

L’interprétation qui en résulte fournit des informations sur trois aspects principaux, soit l’organisation identitaire (le niveau de réflexivité des stratégies de catégorisation), l’équilibre identitaire (la cohérence des stratégies), et la présence de certains déficits  ou difficultés spécifiques

 

Des études ont démontré que lorsqu’un ensemble de productions est interprété par deux personnes ou plus, bien entraînées, on obtient généralement une fidélité inter-juges de l’ordre de 90%

 

Quant à sa validité de construit, c'est-à-dire la capacité de mettre en évidence la nature développementale de la théorie, Bégin a démontré, dans une étude réalisée en 1990, qu’il y avait une corrélation de 0,53 entre l’échelle développementale des schèmes catégoriels et celle du développement de la notion de proportion de Noelting (1978). 

 

En ce qui concerne les clientèles, l'épreuve Groupements peut être utilisée avec des personnes âgées d'au moins 10 ans et sachant lire.  En autant que la personne maîtrise la langue dans laquelle elle passe l'Épreuve, l'outil est indépendant des facteurs culturels

 

L'épreuve Groupements est disponible dans trois langues :  en français, en anglais ainsi qu'en espagnolSeuls les professionnels déjà formé à son utilisation peuvent se la procurer directement auprès de l'IRFCPO.