Syndrome de l'intimité et de l'engagement

 

Un diagnostic très particulier, malheureusement trop fréquent, afflige les personnes.  Il s’agit dusyndrome de l’intimité et de l’engagement (ou SIE pour faire bref).  Les personnes affectées de cette  difficulté partagent un certain nombre de caractéristiques de fonctionnement.  

 

À titre d'illustration, soulignons la difficulté de ces personnes à s’impliquer dans une relation quelle qu’elle soit, par exemple, avec un éventuel conjoint ou encore dans une activité scolaire ou de travail, si elles ne perçoivent pas dès le départ la possibilité de se retirer quand bon leur semblera.  Ainsi, elles ne consentiront à acheter une résidence ou un appartement avec un conjoint qu’à la condition qu’elles puissent se dire de façon convaincue que si ça ne fonctionne pas, je pourrai vendre quand bon me semblera. De même, les échanges avec une personne significative comporteront tout un ensemble de non-dits (un système de double agenda: l’agenda manifeste et l’agenda caché) particulièrement les choses importantes à communiquer, qui font en sorte que le ou la partenaire ne sera toujours que partiellement informé de ce que l'autre éprouve  réellement à son égard.

 

De plus, les personnes affectées de cette difficulté semblent dotées de ce remarquable pouvoir de retrouver le conjoint ou la conjointe qui va être précisément doté(e) de la même difficulté. L’image qui vient à l’esprit à cet égard est celle « d’une fusée à tête chercheuse qui trouve toujours sa cible »: les personnes affectées de cette difficulté trouvent presque toujours le moyen d’être en relation avec des personnes qui souffrent de la même difficulté.

 

La difficulté étant persistante, elle apparaît souvent sans issue aux personnes qui en sont affectées, conduisant à long terme à des états dépressifs plus ou moins sévères.

 

Signalons que les symptômes associés au syndrome de l'intimité et de l'engagement (SIE), comme tous les autres symptômes évoqués plus haut, peuvent  se présenter dans une forme inversée: dans le cas du SIE, plutôt que de tenir à distance l'autre, il prendra, par exemple, la forme de la recherche éperdue d'une relation fusionnelle avec l'autre.

Difficultés identitaires 

 

 

 

 

Au nombre des difficultés identitaires que permet de diagnostiquer l’épreuve Groupements, on trouve notamment :

  

 

 ♦ la difficulté à arrêter des décisions

 ♦ le manque de réalisme

 ♦ les difficultés avec l’autorité

 ♦ l'impulsivité  

 ♦ le manque de confiance en soi ou son excès,

 ♦ les sentiments exagérés de culpabilité et de ne pas avoir de prise sur les moyens à prendre pour

    contourner les obstacles rencontrés dans la vie courante

 ♦ l'anxiété de performance

 ♦ le manque d’initiative

 ♦ la difficulté à entrer en relation empathique avec autrui

 ♦ le syndrome de l'intimité et de l'engagement

 ♦ la difficulté à assumer le leadership

 ♦ la procrastination, ou le besoin de se débarrasser de toutes les tâches rebutantes au plus vite

 ♦ le désordre permanent ou son inverse, l’ordre excessif

 

Liste non exhaustive

 

La présente liste des difficultés identitaires identifiables à l’aide de l’outil diagnostic Épreuve Groupementsn’est évidemment pas exhaustive, mais rend compte de nombreuses utilisations en intervention auprès d’une grande variété de clientèles et ce, dans plusieurs contextes.